La conduite supervisée

Publié le 26/06/2019

La conduite supervisée est l’équivalent de la conduite accompagnée pour les personnes âgées de plus de 18 ans.
Ce dispositif permet depuis 2010 aux candidats de plus de 18 ans de bénéficier également d’une conduite accompagnée, soit conduire sans permis en compagnie d’un accompagnateur pour compléter les leçons de conduites initiales suivies.
La conduite supervisée est réservée aux candidats au permis de conduire de catégorie B.

La conduite supervisée est une solution avantageuse pour tous les candidats qui ont échoué lors de l’examen pratique pour continuer à se préparer à la prochaine présentation à l’épreuve.

Le dispositif de conduite supervisée peut-être choisi :
- soit au moment de l’inscription à l’auto-école ;
- soit après un échec à l'épreuve pratique.

Les conditions d’accès sont les suivantes :
- avoir réussi le code de la route ;
- avoir suivi une formation pratique avec un enseignant de l’école de conduite (20 heures minimum) ;
- avoir bénéficié d’une évaluation favorable de la part de son enseignant de la conduite et de la sécurité routière.
- avoir obtenu un accord préalable écrit de la société d’assurances sur l’extension de garantie nécessaire pour la conduite du ou des véhicules utilisé(s) au cours de la future phase de conduite supervisée. Cet accord précise le ou les noms des accompagnateurs autorisés par la société d'assurances à avoir cette fonction. Il est joint au contrat de formation de l'élève, qui précise les obligations relatives à la fonction d'accompagnateur et les conditions spécifiques à la conduite supervisée, ou à l'avenant au contrat de formation, si le choix de la conduite supervisée a été décidé après la conclusion du contrat.

La conduite supervisée à l’avantage de permettre au candidat au permis de conduire de catégorie B :
- d’acquérir de l’expérience de conduite à moindre coût pour compléter sa formation initiale et, en cas d’échec à l’examen pratique, d’améliorer ses acquis en attendant de le repasser ;
- d’augmenter sensiblement ses chances de réussite à l’examen du permis de conduire : 74% de chances de l’obtenir dès la première fois contre 55% par la voie de l’apprentissage traditionnel.

L'accompagnateur doit :
- être titulaire du permis B (permis automobile) depuis au moins cinq ans sans interruption ;
- avoir obtenu l'accord de son assureur ;
- être mentionné dans le contrat signé avec l'école de conduite.
Il est possible d'avoir plusieurs accompagnateurs, également hors du cadre familial.